Les Mots du Clic und Berlin !

©Stimultania

Mercredi 2 décembre 2015 – Collège Vauban Strasbourg (67)

  • 27 élèves du collège Vauban (niveau 3e) et 7 élèves du lycée Marcel Rudloff en option AbiBac allemand (niveau Première).
  • 7 groupes de 4-5 élèves
  • Avec Agathe Kervadec et Pauline Joseph
  • Durant 3h
  • La thématique abordée : Le mur de Berlin
  • Les auteurs proposés : Photographies prises par les élèves du lycée Rudloff lors d’un voyage scolaire à Berlin

En partenariat avec le réseau Canopé, les deux ambassadrices de l’outil Les Mots du Clic ont été invitées au collège Vauban. Elles ont rencontré, en compagnie de leurs enseignantes Mélanie Brétel-André et Anne Decorde, les élèves de troisième et les élèves du lycée Marcel Rudloff partis à Berlin dans le cadre d’un voyage scolaire.

Dans un premier temps, les lycéens du lycée Marcel Rudloff se sont présentés et ont partagé leur voyage à Berlin à travers des photographies prises par eux-même. Puis, les élèves ont été amenés à découvrir le jeu Les Mots du Clic en analysant les photographies des lycéens. Cet atelier fut particulier puisque la nouvelle édition du jeu a été dévoilée au public. Certains ont décidé de jouer avec la version française tandis que d’autres ont souhaité s’aventurer avec la toute nouvelle version allemande.

Alors, comment les élèves ont perçu cette nouvelle version ?

« Ce qui est bien avec la version allemande, c’est que les graphismes sont intuitifs. On a pas forcément besoin d’être bon en allemand pour jouer avec ce jeu ».

Cette rencontre s’est terminée par la restitution des textes écrits par les élèves.Textes en français et textes en allemand, les élèves ont pris le jeu très au sérieux et ont saisi les enjeux de cet outil : Apprendre à regarder une image qu’elle soit prise par un photographe professionnel ou non.

« On a mis les deux époques pour former un ensemble. La photographie raconte l’histoire de l’Allemagne, de deux temps. C’est une photo qui évoque une réalité d’avant. Dénoncer à travers un lieu opposé. L’action est détruite, en crescendo, qui représente partout un sentiment. »
« Deux constructions : une du passé et une du présent, un mur et un immeuble. La photographie les déforme. Le mur sera toujours là car il était au passé et est au présent. »
« C’est une photo représentant un mur avec une main qui, intérieurement, est enchainée a une colombe. Elle représente aussi l’opposé de la RDA et RFA. C’est un événement qui s’est déroulé après la construction du mur de Berlin. Elle dénonce les deux politiques, nous donnant une idée de ce qu’il se passe en RFA et RDA. La colombe représente la liberté et la main, emprisonnée et enchainée représente l’enfermement. Le rouge côté de la RDA est opposé à la clarté de la RFA. »

Laisser un commentaire