Le Mois de l’Autre # 1

IMG_8340

Le mardi 1er mars 2016 – CFA Joseph Storck, Guebwiller (68).

  • 15 élèves en BAC Pro Hôtellerie/Restauration
  • Avec Laura Cassarino et Laure Canaple
  • Durant 2h
  • Les thématiques abordées : l’identité, l’humanité, le genre, le temps, l’histoire, la mémoire, l’environnement, la guerre.
  • Images proposées : Série « Low Tide » © Denis Rouvre / P.F.C. Maria I. Leon, Armée américaine de réserve, lors de l’alerte rouge, guerre du Golfe © Judith Joy Ross / Boubbatt © Eric Nehr.

Dans le cadre de la douzième édition du « Mois de l’Autre », l’équipe de Stimultania intervient auprès d’une centaine de lycéens de toute l’Alsace avec un atelier pratique intitulé « Les Mots du Clic. Du mot à l’image, de l’image au mot ». La première étape de cette série d’interventions débuta donc à Guebwiller le mardi 1er mars auprès de 15 lycéens en BAC Pro Hôtellerie/Restauration.

L’opération du « Mois de l’Autre » entend sensibiliser les lycéens et apprentis d’Alsace à l’altérité et au respect des différences, qu’elles soient sociales, culturelles et religieuses, liées au sexe ou au handicap. Dans cette veine, ont été proposés aux 15 lycéens trois portraits sur le thème de l’identité plurielle.

 

Un groupe d’élèves s’est ainsi questionné sur l’identité culturelle à travers un portrait extrait de la série « Low Tide » de Denis Rouvre. Sans fard ni artifice, comme émergeant d’un fond noir profond et glacial, le vieil homme leur fait face et raconte son histoire. Elle est gravée à même les traits de son visage. D’abord interloqués par la prétendue grande vieillesse du sujet, les élèves ont pu tantôt s’attarder sur la détermination de son regard ou l’histoire que racontent les sillons de sa peau. Désespoir, solitude, sérénité, résignation. Le groupe peine à s’accorder sur l’intention véritable de l’auteur. S’agit-il ici de vie ou de mort ? Les élèves choisiront l’Histoire.

Un second groupe d’élèves s’est quant à lui interrogé sur le thème de l’identité sociale et de l’identité collective. La photographie proposée interpelle d’emblée ses regardeurs par son absence de couleur et la présence de l’uniforme militaire, floqué d’un « U.S. Army ». Elle interroge le devoir de mémoire ou la notion d’inconscient collectif traduits à travers une image qu’ils identifient rapidement comme une photographie historique. Le groupe de regardeurs choisit pourtant de s’arrêter, au titre de la caractéristique retenue, sur l’expression du visage du sujet, traduisant alternativement la détermination et la vulnérabilité d’un personnage incarnant par essence l’autorité. Le visage de cette femme soldat, capté sur le vif, évoque l’expérience de la guerre et interroge la représentation du personnel militaire chez des élèves pour qui le conflit se mêle toujours davantage à leur réalité.

« Les détails de l’expression de son visage révèlent un sentiment silencieux lié au passé et révélant la détermination de ce soldat avant d’aller au combat ».

Enfin le troisième et dernier groupe d’élèves s’est vu proposer une image qui rapidement les dérange. Au premier plan trône une nuque de femme dénudée. A l’arrière-plan l’omniprésence d’un bleu oscillant entre turquoise et aigue-marine, fait écho à l’œil de cette femme regardant fixement hors-champ. La lecture de l’image se complexifie encore lorsque les caractéristiques de androgynie se font évocatrices de l’identité sexuelle du sujet. Cette femme de profil, aux yeux azur, arbore des cheveux courts, indisciplinés, couleur corbeau, qui rapidement questionnent, dérangent. Les élèves, remués par l’analyse de cette image, soutiennent que cette femme a fait l’objet de sévices sexuelles, comme pour éviter le vif du sujet. Cette femme statique et pensive, la peau d’un blanc rosé tachetée de grains de beauté, se voit ainsi révélée dans sa singularité et son individualité par la photographie. Eric Nehr explore ici les notions de beauté et d’altérité.

« L’artiste s’interroge sur la couleur, le bruit, en simultané. Il s’interroge l’un dans l’autre sur la femme, ses sentiments ainsi que ses souvenirs ».

Related Questions

    Laisser un commentaire