La larme est le détail

Atelier Les Mots du Clic à Roanne © Stimultania

Octobre 2015 – Lycée agricole Roanne Chervé, Roanne (42).

  • 12 terminales bac pro aménagement paysager
  • 3 groupes
  • Avec Matilde Brugni
  • Durant 1h30
  • Les thématiques abordées : l’identité, l’autoportrait, espace public et espace privé, signes, codes, masque
  • Les auteurs proposés : Georges Pacheco, Gillian Wearing et Folly Afahounko

Séance d’introduction à l’atelier porté par Stimultania dans le cadre du dispositif Eurêka soutenu par la région Rhône-Alpes.

« Faire face aux selfies » est une des thématiques proposées par Stimultania pour les interventions Eurêka. Y faire face, cela ne veut pas dire aller contre. C’est simplement prendre le temps d’observer, de pousser un peu plus loin, peut-être un peu à côté. Les quinze élèves concernés sont en bac pro aménagement paysager, tous ou presque ont la pratique quotidienne du selfie.

La séance sera donc consacrée aux notions d’identité, d’autoportrait, d’espace public et d’espace privé, de mise en scène.

Pour le jeu, la classe est séparée en trois. À chaque groupe une image différente, comme d’habitude pas d’indication préalable sur l’auteur et le contexte. Le choix s’est porté cette fois sur une photographie tirée de la série « La mémoire des larmes » de Georges Pacheco, une de la série « Signs that say what you want them to say, and not Signs that say what someone else wants you to say » de Gillian Wearing et une image de Folly Afahounko, photographe de Châlon-sur-Saone qui accompagnera les élèves dans la pratique créative.

Comme toujours, il faudrait être une souris pour entendre et capter tout ce qui peut se raconter autour de l’image. Sans même s’en rendre compte, naturellement, chaque groupe soulève des questions essentielles. Est ce qu’un panneau avec l’inscription «  Help » est bruyant ou silencieux ? Est ce que le policier qui tient ce panneau demande de l’aide ou bien la propose ? Comment un homme peut avoir un visage aussi impassible et laisser cette larme couler ? Pourquoi ce fond rouge, vraiment, pourquoi ce fond rouge ?

Une des phrases réalisées après le jeu :

« La larme est le détail de ce portrait d’une personne qui a été détruite lentement à travers la représentation de son secret ».

Parfois c’est simple, et efficace.

Laisser un commentaire