Drôle d’oiseau me direz-vous…

© Stimultania  
Atelier conte et Les Mots du Clic

Mercredi 28 janvier 2016 – Stimultania (67)

  • 3 jeunes ayant entre 5 et 14 ans et 3 adultes.
  • 1 groupe de 6 personnes
  • Durant 2h
  • Avec Pauline Joseph
  • La thématique abordée : le conte
  • Auteurs présentés : Joel Vergeat et sa photographie tirée de l’exposition « Manège à images et autres ensembles » présentée à Stimultania

 

À Stimultania, l’heure est au conte.
3 jeunes filles et 3 femmes s’installent dans l’espace. Assises en face des photographies de Joel Vergeat, elles n’attendent qu’une personne, Françoise Gaume, conteuse. Lorsque cette dernière apparaît, son étrange costume à poils et à plumes surprend. Drôle d’oiseau me direz-vous… « Cric crac, sabot, cuillère à pot, je sais un conte », cette formule amuse, l’histoire commence. Les fabuleuses histoires de princes, de femmes cygnes et de femmes squelettes invitent le spectateur à entrer dans un imaginaire fantasque. Françoise Gaume termine son conte tout en douceur. Le public, ravi, est invité à se placer plus près de la photographie de Joel Vergeat pour imaginer à leur tour une fable.

Tables et chaises installées, le groupe découvre l’image. Multiple cadrages, déséquilibre et étranges modèles, la photographie ne semble pas conventionnelle. Quels mots peut-on associer à cette image et quel en serait son message ? Après avoir réuni 5 cartes-mots issues des 5 catégories suivantes : Caractéristique, Apparence, Espace, Volonté et Référent, l’histoire commence par « Il était une fois » :

« Il était une fois, un oiseau avec des tâches blanches qui deviendra bientôt noir. Il s’est caché dans une construction à côté de son jardin qui était opposé à sa maison. L’oiseau se pose la question de savoir si il peut jouer dans le jardin mais il ne peut pas sortir de sa limite » – Romaïssa
« Il était une fois, un oiseau qui était délimité par un cadre. Une ligne à côté du cadre l’oppose. Il s’interroge sur cette ligne. Il vivait dans un lieu avec une construction géométrique. Derrière cette ligne se trouvait un secret que seul l’oiseau connaissait. » – Milihan
« Il était une fois, une construction bizarre qui était construite. L’intérieur est rempli d’un côté et vide de l’autre. Il y avait une limite pour l’oiseau. Mais on ne sait pas sur quel objet il est posé. L’oiseau n’a pas le droit de sortir de la limite. » – Khadija

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire