Dans la peau d’un photojournaliste #2

© Stimultania

Mercredi 06 janvier 2016 – Maison du Jeune Citoyen de Schiltigheim (67)

  • 5 jeunes ayant entre 11 et 14 ans
  • 1 groupe de 3 personnes et 1 groupe de 2 personnes
  • avec Pauline Joseph
  • Durant 2h
  • La thématique abordée : le photojournalisme
  • Les auteurs proposés : 2 photographies dans « l’Actu » : Le Costa Concordia échoué et  » Le mémorial de l’Holocauste  » à Berlin (auteurs anonymes)

 

Il est 14h, une pluie battante tombe sur la ville de Schiltigheim. Nos cinq jeunes du premier atelier entrent à la Maison du Jeune Citoyen pour un deuxième et dernier atelier Les Mots du Clic. Une fois les tables et chaises installées, le jeu peut enfin commencer. Cette fois-ci le groupe est divisé en deux pour un exercice particulier.

Le petit journal « L’actu » est distribué aux deux groupes. Première mission : choisir une photographie qui choque, interpelle ou qui suscite de la curiosité. 5 minutes de recherche, de longues hésitations puis enfin, un choix. L’article accompagnant la photographie n’est pas dévoilé afin de ne pas donner de plus amples indices sur le propos de l’image.

Les Mots du Clic apparaît sur les tables. Dans les groupes, chaque jeune devient médiateur de l’outil en plaçant les cartes et en animant le jeu.

Le premier groupe est face à une photo connue dans le monde médiatique : le naufrage du Costa Concordia au large du littoral sud de la Toscane. Sur cette photo qui présente le géant du tourisme effondré sur les côtes, aucun indice ne permet de deviner ce qu’il s’est réellement passé. À partir de là, les jeunes construisent une histoire, un article accompagné d’un titre avec les cartes-mots choisies.

« Le Costa Concordia – On trouve cette action de bateau qui coule. Isolé du monde, le 1 janvier 2011, le capitaine ne voit pas ce rocher et le percute. Un bout du bateau se casse, toute l’eau de l’extérieur rentra et de nombreuses personnes moururent de cet accident. Plus de 2 000 personnes sont sauvées grâce à un enfant qui avait caché dans sa poche un pétard qu’il a allumé et un hélicoptère la vu. Le photographe voulait montrer la réalité des accidents en bateau  » – Haroun.
« Le Costa Concordia a coulé – Cette action nous a tous marqué quand nous avons su que le Costa Concordia avait coulé en emportant des vies. Heureusement les secours sont arrivés très vite. Dans cette vaste mer isolée, la photographie a été prise de loin par un photographe. L’accident du Costa Concordia révèle la réalité aux spectateurs  » – Simeon.
« Le naufrage du Costa Concordia – L’action est isolée. Elle est loin de tout. Elle s’est passée après quelque chose. Cette photo révèle le naufrage d’un bateau. Le photographe a voulu représenter la réalité  » – Olia.

L’autre groupe quant à lui se retrouve devant une photo dépeignant un monticule de pierres grises. Ensemble architectural et esthétique, la photo ne donne aucun d’indice sur l’histoire de ces pierres. Difficile d’imaginer un discours face à une telle image. Pourtant le groupe a imaginé une histoire :

« Un monument en honneur de la guerre – Cette construction a été faite comme un cimetière. C’est répété. C’est un cimetière fait pour les morts de la seconde guerre mondiale. Il a été construit récemment pour rendre hommage à ces personnes. Toutes ces tombes sont ensembles, côte à côte. Cet endroit raconte un souvenir. Un souvenir triste comme bon  » – Inès .
« Le monument du souvenir – Après cette terrible guerre qui a détruit tant de familles, ce monument est là pour graver à jamais le souvenir des victimes. Cette construction aux nombreux blocs répétés rend hommage aux victimes de cette guerre  » – Louise.

1h30 plus tard, les groupes lisent leurs articles.

Puis l’article orignal est dévoilé pour chaque photo.

À leur grande surprise, leurs articles coïncident étonnement avec les articles originaux. Le jeu Les Mots du Clic ne permet pas seulement de développer du vocabulaire. Il permet également d’imaginer, de trouver le propos de la photographie grâce à une fine analyse de l’image.

Laisser un commentaire