Cachez ce rond que je ne saurais voir

© Stimultania

Novembre 2015 – Lycée agricole André Paillot, Saint-Genis-Laval (69)

  • 14 terminales bac pro Laboratoire Contrôle Qualité
  • 4 groupes
  • Avec Matilde Brugni
  • Durant 1h30
  • Les thématiques abordées : échelle, espace, lieu, objets, la critique par l’humour
  • Les auteurs proposés : JR, Georges Rousse, Anna et Bernhard Blume, Guillaume Martial

 

Séance d’introduction à l’atelier porté par Stimultania dans le cadre du dispositif Eurêka soutenu par la région Rhône-Alpes.

En amont du travail réalisé avec Guillaume Martial, photographe lyonnais, les 14 élèves sont invités à échanger autour de l’image et découvrir des auteurs.

Et pour entrer doucement dans le monde de l’image, rien de mieux qu’une séance Les Mots du Clic.

Chaque groupe son image :  un double portrait de JR, un lieu revisité par Georges Rousse, une scène délirante d’Anna et Bernhard Blume, une « installation éphémère » de Guillaume Martial. Jeux d’espace et d’échelle, folie des objets, lenteur et investissement dans la composition de l’image, implication du corps, rapport à la matérialité de l’image :  autant de mots clés faisant écho à leur futur travail créatif.

Le groupe jouant avec l’image de Georges Rousse nous décrit le lieu dans le détail : les bâtiments détruits, les ordures et les gravats qui leur inspirent la violence, la pauvreté. Mais ne parle pas une seule fois de cet énorme rond rouge au centre de l’image, cet intrusion dans le paysage. Quand je leur demande pourquoi, on me répond que ce rond n’a rien à faire là, qu’il a de toute façon été rajouté après la prise de vue, qu’avant tout c’est la photographie du lieu, donc c’est ce dont ils veulent parler. D’une certaine manière, cela fait sens.

Laisser un commentaire